Paris IVe, l’immeuble résille

L’un des grands principes développés par les services de l’urbanisme et de l’architecture de la Ville de Paris est d’implanter dans chaque rue un minimum d’immeubles laids et tristes de manière à en dégrader l’harmonie. C’est la fameuse RUPTURE, tant vantée par les magazines traitant d’architecture. La rue de Turenne a attendu longtemps la sienne.

Le mal est désormais réparé. Elle peut donc s’enorgueillir d’un tas de ferraille dans un secteur sauvegardé par la loi Malraux.

La Ville de Paris et la mairie du quatrième arrondissement ont bataillé ferme contre les riverains pour imposer ce petit chef d’oeuvre. On ne comptait pas les termes élogieux qui vantaient le projet. Une fois l’inauguration réalisée, c’est la consternation qui prévaut parmi les commentaires.

Contrairement à l’idée reçue des passants, il ne s’agit pas d’une maison d’arrêt mais d’un immeuble de logements sociaux. Le budget est passé dans l’invraisemblable et sinistre décoration extérieure, à grand renfort de résille marron (encore une résille !) occultant les ouvertures.

Un folklore agressif qui masque des parties communes sans âme et assombrit la rue. Par temps couvert, on essuie une larme pour Paris.

Rue de Turenne. Paris, IVe arrondissement.