Référendum bidon

RÉFÉRENDUM BIDON : CHOISISSEZ LE NOM DU FUTUR ARRONDISSEMENT CENTRAL DE PARIS

Cette rubrique accueillera les fausses questions de la fausse démocratie participative partout dans l’hexagone.

Commençons évidemment par Paris, qui sait toujours donner l’exemple de ce qu’il ne faut jamais faire.

La loi portant réforme du statut de Paris du 28 février 2017 prévoit la fusion de la ville et du département en une seule entité et un renforcement des pouvoirs des maires d’arrondissements.

Elle prévoit encore, sur suggestion appuyée d’Anne Hidalgo, la fusion des quatre arrondissements centraux au lendemain des élections municipales de 2020. Subsistera une seule mairie et un seul maire d’arrondissement pour l’ensemble du secteur.

Nombre d’opposants à la maire avaient dénoncé une manœuvre destinée par celle-ci à s’arroger le secteur peuplé de ce qu’ils nomment la « gauche caviar », qui ne pointe jamais le nez au-delà du périphérique, sauf au fond d’un taxi à cinq heures du mat’ pour prendre à Roissy le premier avion pour Bali.

Les sondages semblent aujourd’hui plus inquiétants pour la mairie socialiste, Boboland commençant à montrer des signes de fatigue quant au soutien à la politique en cours. De plus, le premier arrondissement vote à droite, le quatrième a frôlé le basculement dans le même sens aux dernières élections municipales, à 55 voix près.

Anne HIDALGO éprouvant de grandes difficultés à trouver un nom élégant à ce nouveau secteur, proposa aux internautes, dans un grand élan de démocratie participative baptisé « large processus de concertation », de déposer des idées sur le site de la ville (paris.fr).

Cet appel aux idées lumineuses fut le prélude à la « consultation citoyenne » organisée la semaine du 8 au 14 octobre 2018.

En septembre, 62 723 électeurs inscrits sur les listes électorales de ces quatre arrondissements devaient recevoir un courrier et un bulletin de vote à renvoyer gratuitement par la poste ou à glisser dans une urne installée dans chacune des mairies le week-end des 13 et 14 octobre.

Une liste de noms arrivés en tête sur le site paris.fr ainsi que le choix de la mairie de l’arrondissement seraient soumis au vote. Les mairies des 1e et 2e arrondissements, trop petites, étaient hors course. Le troisième arrondissement comprenant un tiers du corps électoral de la future entité est déjà donné gagnant. Il ne s’agissait donc pas d’un vote mais d’un leurre pour laisser penser aux parisiens qu’ils disposent encore d’une once de pouvoir.

Les seuls noms qui avaient été proposés par Anne HIDALGO elle-même fleuraient bon les enseignes de zones commerciales de périphérie ou de logo de fromage de grande distribution : « Centre de Paris », « Cœur de Paris », etc.

Les amoureux de Paris et des jolis noms de quartiers étaient éberlués.

Avec les raccourcis de langage auxquels nous sommes habitués, cela donnerait des formules du type : « J’habite à Cœur de Paris ».

« Centre de Paris » était un choix judicieux, étant entendu qu’Anne HIDALGO a depuis longtemps décidé que les arrondissements situés hors de l’hyper centre doivent prioritairement ressembler à une banlieue moche généralisée : les XIIe, XIIIe, XIVe, XVe (arrondissement dans lequel vit Anne HIDALGO), XVIIIe, XIXe et XXe, sont en très bonne voie. Le XVIIe commence à se plier aux exigences de la maire avec l’immonde ZAC Clichy-Batignolles (qui fera bientôt ici l’objet d’un dossier complet). Le XVIe aussi avec le futur aménagement ridicule de la Porte Maillot, l’avenue Foch laissée à l’abandon qui ressemble à un dépotoir, ou encore les nouvelles mochetés de la Porte d’Auteuil. On aura donc de plus en plus la sensation d’approcher du centre historique de Paris au fur et à mesure que l’on traversera les autres arrondissements défigurés par la folie bétonneuse.

À la clôture de l’enquête, le site paris.fr indiquait :

936 contributions.

796 participants.

Résultat très très fort pour le futur arrondissement qui compte 100 000 habitants! Les bobos auraient donc boudé ce « large processus de concertation ». Mais peut-être étaient-ils déjà tous en week-end à Bali ou en brunch dominical prolongé rue Montorgueil.

Un internaute proposa « Hidalgoland », nom qui décrit avec sagacité les jeux de cubes multicolores auxquels s’adonne la maire.

Il y a en outre fort à croire qu’une bonne partie des contributions émanait de proches de la Mairie.

Les noms ridicules retenus lors du « Large Processus de Concertation » et sur lesquels les habitants des quatre premiers arrondissements durent voter étaient les suivants :

– Paris Centre (le revoilà!)

– Premiers Arrondissements de Paris (quel sens de l’arithmétique!)

– Cœur de Paris (le revoilà!)

– Paris 1 2 3 4 (soleil!)

Deux idées d’Anne Hidalgo elle-même ont été retenues par les participants.

Au moins, sans connaître le choix final, on avait la conviction d’habiter « Paris ».

Dans le genre, il y a aussi : « Casino de Paris », « Articles de Paris », « Nouveautés de Paris », « Chansons de Paris », « Monuments de Paris », « Air de Paris », etc.

C’est vrai que « Limoges Centre » ou « Cœur de Clermont » auraient été pour le moins déplacés.

Songeons à l’élu à la tête de la nouvelle entité, qui porterait le titre de « Maire de Paris Centre », « Maire de Premiers Arrondissements de Paris », « Maire de Cœur de Paris » ou « Maire de Paris 1 2 3 4 ».

C’est du lourd…

Afin de préciser aux habitants les détails de cette opération d’envergure internationale et d’une complexité inintelligible, des agents d’information, placés en binômes aux quatre coins des arrondissements concernés, sous un dais ambulant, distribuèrent un tract racoleur. La plupart des passants, stoppés dans leurs déambulations, s’emportaient en lançant que « la mairie ferait mieux de s’occuper de la malpropreté des rues ».

Le budget consacré à cette opération fut donc une nouvelle fois inutile.

Et dire qu’Anne HIDALGO, se plaignant que les caisses de sa ville sont vides, passe son temps à réclamer des subsides à l’État.

Le nom « Paris Centre » et la mairie du IIIe arrondissement furent choisis, la participation fut de 25,5 %, soit 16 383 votants.

Chers internautes, donnez-nous des exemples de fausse démocratie participative dans tout l’hexagone. Nous sommes friands. Nous rédigerons des dossiers en conséquence.