Lyon, les Le Pen et le « Conservatisme Architectural »

Le 15 septembre 2018,  Marion Maréchal célébra la rentrée de L’ISSEP, école de sciences politiques qu’elle fonda, et dont la vocation est de « former les décideurs de demain », selon une « sensibilité conservatrice » (dixit Marion Maréchal).

Elle installa l’établissement 56, rue Denuzière, dans un immeuble laid ressemblant à une sardinerie, dans une rue moche de « La Confluence », nouveau quartier ultra moche et déprimant de la ville de Lyon (deuxième arrondissement), développé par Gérard Collomb, maire PS, aujourd’hui sans étiquette, non loin du Musée des Confluences, abomination architecturale qui défigure tout un pan de la ville. Pour la presse, l’ancienne députée Front National du Vaucluse a posé tout sourire devant la récente, lourde et déprimante skyline de la Capitale des Gaules.

Le siège du Front National, parti politique fondé par Jean-Marie Le Pen, son grand-père, fut abrité de 1994 à 2011, au « Paquebot », un de ces immeuble difformes qui ont saccagé la colline de Saint-Cloud dans les Hauts-de-Seine. Des raisons financières ont convaincu Marine Le Pen, qui lui succéda à la tête du parti, aujourd’hui baptisé Rassemblement National, à le déménager dans un bâtiment moche de la ville de Nanterre, préfecture des Hauts-de-Seine, massacrée sans relâche par les multiples maires communistes successifs.

Les « décideurs de demain » invoqués par Marion Maréchal seront donc, comme aujourd’hui, imprégnés de l’idée que la laideur urbanistique est ce bien universel qu’il convient de développer avec obstination. Il n’y a pas d’erreur : la sensibilité de l’établissement appelé à les former est « conservatrice ». En effet, le bâtiment qui l’abrite ressemble à s’y méprendre à tous ceux de la ZAC Clichy-Batignolles d’Anne HIDALGO, maire PS de Paris, qui ressemble à celui d’Euralille de Pierre Mauroy et Martine AUBRY, maires PS de Lille, qui ressemble à celui d’Euroméditerranée de Jean Claude GAUDIN, maire Les Républicains de Marseille, etc.